Here Comes Everybody de Clay Shirky, 7 choses à retenir du livre

Here Comes Everybody de Clay Shirky, 7 choses à retenir du livre

Le sous-titre de ce livre signifie en français « comment s’organiser sans organisation ». L’on y découvre comment employer les médias digitaux pour changer la société et propager son message.

Ceci n’est pas un résumé du livre Here comes everybody de Clay Shirky, mais juste un condensé de sept idées essentielles qu’il véhicule.

  • A une époque pas si lointaine, il était très dispendieux de mobiliser un grand groupe de personnes. Il fallait même un cadre institutionnel parfois complexe. Aujourd’hui, il est facile d’envoyer un email et de rassembler des groupes larges dispersés géographiquement.
  • Les communautés se définissent par ce qu’elles ont en commun et par ce qu’elles partagent. Plus le groupe est grand, plus il devient difficile à chaque membre d’interagir directement avec un autre membre.
  • Les médias électroniques changent nos paradigmes. Il était difficile de publier et d’imprimer un journal. Aujourd’hui, il est devenu très aisé et peu dispendieux de publier un blog, ce qui change le journalisme et ouvre de nouvelles perspectives. Chacun peut devenir un média.
  • Dans les médias traditionnels, il est onéreux de publier quelque chose. Aussi, l’on filtre l’information avant de la publier. Dans les médias électroniques, c’est le contraire. L’on publie et l’on filtre ensuite. C’est aussi pour cela que le degré de confiance en un blog est plus faible que pour un média de masse traditionnel.
  • Les médias instantanés offrent plusieurs manières de coopérer :
    – Le partage (par exemple de photos sur Flickr).
    – La collaboration avec un groupe d’individus à travers des conversations en ligne.
    – L’action collective ou les gens peuvent coopérer à une tâche de manière spécifique.
    – La collaboration distribuée qui est un projet collaboratif de plus grande ampleur comme Wikipédia par exemple mais qui requière l’engagement actif de sa communauté.
  • Les médias instantanés peuvent aussi devenir le moteur de rassemblement comme c’est le cas avec les flashs mobs ou les gens se réunissent en réponse à un message pour réaliser une performance artistique.
  • L’avantage des médias sociaux, c’est surtout de réduire le coût de l’échec. Les échecs sont plus nombreux, mais l’on apprend aussi plus vite. Si un projet obtient une masse critique de personnes intéressées, l’effet communautaire sera un pivot pour le réaliser à moindre coûts que certains projets professionnels. C’est l’image de l’open source où les développeurs vont participer aux projets les plus porteurs, délaissant les autres. Une notion que l’on retrouve aussi dans deux autres ouvrages : Lean Startup d’Eric Ries et Growth Hacker Marketing de Ryan Holiday.

Cet ouvrage livre une analyse circonstanciée de l’impact des médias sociaux. Pour profiter de tous les détails, le mieux est encore de vous le procurer ici, en anglais.


A voir aussi

Voulez-vous recevoir

ce rapport gratuit ?

Où dois-je l'envoyer ?

Indiquez une adresse valable ci-dessous :

Super!

Vérifiez votre boite de réception

et confirmez votre inscription.

Vous aurez accès aux rapports
et bien plus encore!

Si vous ne recevez rien, vérifiez votre répertoire "spam" ou "courrier indésirable".